Le feutre geotextile est fabriqué par extrusion (comme certains tubes PVC) à partir de polymères (polypropylène, polyester..) que l'on fait fondre et que l'on étire de manières différentes selon le géotextile que l'on veut obtenir. Les bandelettes pour le geotextile tissé et des filaments pour le geotextile tissé.
Ensuite les geotextiles subissent un nappage afin de présenter le produit sous forme de voile.
Par la suite, selon l'utilisation finale du feutre geotextile, il existe plusieurs procédés pour obtenir du geotextile non tissé aiguilleté, geotextile thermolié ou feutre géotextile non tissé aiguilleté de fibres courtes.

Le geotextile peut-être fait à partir de résine vierge ou recyclée.
Un feutre géotextile est parfois produit à partir de bouteilles d'eau en plastique.

La fabrication du geotextile reste complexe et différentes techniques sont employées par les fabricants et usines de geotextile.

Le feutre geotextile est imputrescible et immarcescible.
Il est devenu incontournable dans le secteur de la construction: allées de jardin, jardin, routes, piscines.

Le geotextile est vendu en rouleaux de différentes longeurs.
Pour les distributeurs ou grossistes en geotextiles une palettisation en box palette est possibble.

Il existe aussi plusieurs grammages de geotextile, dans le batiment c'est souvent du 110 grs et le geotextile piscine en 300grs.

mardi 31 janvier 2017

Geotextile: 11èmes Rencontres Géosynthétiques : le programme

A l’occasion de cette 11ème édition, ces professionnels feront le point sur l’état de l’art, les pratiques recommandées et les normes en vigueur, au travers de la présentation de cas concrets d’application des géosynthétiques en génie civil et dans le domaine de l’environnement. L’après-midi 7 mars sera consacré à des cours de préformation sur les matériaux géosynthétiques et leurs utilisations les plus fréquentes, telles que les installations de stockage de déchets, les infrastructures de transports et ouvrages hydrauliques. Ces cours sont destinés aux participants non aguerris à l’utilisation des géosynthétiques, afin de leur permettre de tirer le meilleur profit des exposés des deux jours suivants. La journée du mercredi 8 mars débutera par une conférence sur les ouvrages avec géosynthétiques toujours en service après plusieurs années. La séance 1 sera consacrée aux installations de stockage de déchets avec des présentations relatives à l’influence d’une enduction rugueuse sur les caractéristiques d’un géosynthétique bentonitique, le système d’étanchéité des parois d’une ISDnd dans une ancienne carrière d’andésite en Martinique, le réaménagement des bassins de stockage G2 et G3 à Auby (59), la modélisation numérique de la distribution des efforts et déformations dans les géosynthétiques à l’aide de la méthode MeRaMoG. La suite portera sur la réhabilitation de stockage de déchets et les conséquences de modifications de conception sur la stabilité d’un ouvrage. La séance 2 portera sur les infrastructures de transport avec des présentations sur l’application des essais non destructifs par HWD sur les pistes aéroportuaires renforcées, le drainage et renforcement pa géosynthétiques sur sol compressible, le renforcement des enrobés par géogrille acier : essais de Nottingham et Virginia Smart Road, la simulation expérimentale d’un composé géocellule / sable de dunes en substitution d’un tuf en corps de chaussée. La séance 3, pour sa part, se concentrera sur les digues/canaux/barrages/réservoirs avec en présentation l’application des geo-conteneurs dans les domaines du génie côtier et fluvial, l’évaluation en milieu sensible de l’impact sur la qualité de l’eau d’un géomatelas chargé d’un mélange bitumineux, la rénovation de réservoirs en béton bitumineux - solutions envisagées et contraintes de dimensionnement, l’étanchéité d’ouvrages béton en travaux neufs ou en réhabilitation, la Construction du bassin de Saumure C3 - Contrôle de l’étanchéité (Site de stockage de Gaz de Sidi-Larbi - Maroc). La séance 4 parlera des posters et de la visite de l’exposition technique. Seront abordés des thèmes tels que les "Routes et glissements de terrains - Apports des géosynthétiques", "Remblais renforcés par géosynthétiques dans des ouvrages d’infrastructure : illustration de la variété de parement au travers de projets récents", "Expérience rwandaise dans les ouvrages de soutènement en sol renforcé", "Solution géosynthétique de protection des géomembranes et de stabilisation de la couche de terre de couverture", "Etude expérimentale et numérique d’un remblai renforcé par géosynthétiques alvéolaires soumis à des sollicitations hydrauliques", "Les géofilms armés : solutions rapides et simples pour les étanchéités temporaires". Le jeudi 9 mars débutera par la séance 5 sur les fondations et les soutènements. La conférence portera sur les géosynthétiques pour le renforcement des sols (applications récentes et recherches en Belgique). Les présentations qui suivront seront consacrées à la limitation par renforcements géosynthétiques des risques liés aux effondrements des toits de catiches, aux culées porteuses de grande hauteur avec armatures synthétiques, à la conséquence d’un pH fortement alcalin de courte durée sur le comportement d’un géotextile polyester. La séance 6, sur le contrôle de l’érosion, abordera des thèmes comme les systèmes immergés de contrôle de l’érosion par géosynthétiques en milieu fluvial et maritime et les travaux de réaménagement du dépôt de résidus de traitement de minerais à Pontgibaud (63). La séance 7 fera le point sur les essais laboratoire et le système de drainage avec en présentation la certification et qualification ASQUAL des géosynthétiques, l’évaluation de l’interaction sol/géogrille à la boite de cisaillement et par essai d’extraction, la présentation du nouveau référentiel ASQUAL Géomembranes et l’étude sur le long terme du phénomène d’intrusion des filtres dans les géocomposites de drainage. La séance 8 parlera des sites et sols pollués avec en présentation l’emploi des géosynthétiques dans les bassins d’une station d’épuration par filtres plantés de roseaux, la filtration de boue argileuse par géotextiles (étude expérimentale), l’essorage des sédiments de ports au moyen de tubes géosynthétiques, les géosynthétiques pour traiter les matières en suspension des eaux de chantier (recueil des besoins et protocoles d’essais), la couverture d’un stock de boues de lavage de gaz de hauts fourneaux (site de Pont-à-Mousson), l’encapsulage de déchets de crassiers par géocomposites soudés, le développement d’un géosynthétique de drainage fonctionnalisé pour la captation de métaux lourds des sédiments de dragage, le jardin paysager avec talus en sol renforcé végétalisés en couverture d’un ancien site contaminé à Londres. source: http://www.constructioncayola.com/terrassements/article/2017/01/31/110058/11emes-rencontres-geosynthetiques-programme.php

lundi 26 mai 2014

Géotextile. Créer un mur végétal.

Géotextile, l'utiliser pour un mur végétal.

Créer un mur végétal

Idéal pour les minis balcons et les petits jardins, le mur végétal apporte un coin de verdure sans encombrer l’espace. Quelle technique adopter, quelles plantes choisir, comment les entretenir, … Le paysagiste Pierre-Alexandre Risser nous explique comment créer un mur végétal simplement et à petit prix. 

 

 

Pour embellir une façade disgracieuse, apporter de la fraicheur et de la gaieté à un mini balcon, fleurir une terrasse sans encombrer le sol, et même isoler phoniquement, le mur végétal a plusieurs atouts. Auparavant design et sculptural, seulement réservé aux intérieurs conçus par des architectes, le mur végétal se démocratise et investit tous les intérieurs. Les façons de le concevoir sont multiples, mais toujours économiques et faciles à réaliser soi-même.

Lors d’un atelier sur la terrasse du Palais de Tokyo, le paysagiste Pierre-Alexandre Risser nous explique toutes les étapes à suivre pour aménager un mur végétal chez soi, avec en prime les conseils pour choisir les bonnes plantes et les entretenir correctement.




Pour créer un mur végétal à bas prix, vous aurez besoin d’une palette de bois, d’un géotextile étanche et résistant (aquanappe), et d’agrafes.

-       Installez la palette à l’horizontale.

-       Fixez le géotextile sur la palette à l’aide d’agrafes afin de créer des pochons qui recueillent le terreau. Pour cela, il est indispensable de ne pas la fixer à plat. Lors de l’arrosage, la matière feutre de l’aquanappe répartira l’humidité.

-       Installez le terreau sur toute la surface.

-       Insérez les plantes.

-       Arrosez les plantes.


Le choix des plantes :

Pierre-Alexandre Risser conseille d’opter pour des plantes vivaces, durables d’une année sur l’autre, en mêlant feuillage persistant et feuillage caduc pour que le mur reste fleuri même en hiver. Vous pourrez aussi profiter de ce mur végétal pour concevoir un mini potager en insérant des plantes aromatiques et des arbres fruitiers tels que des petits fraisiers.



Pierre-Alexandre Risser : Horticulture et Jardins

Joëlle Roubache, l'ATELIER : aménagement de jardin.



Les ateliers « Mur Végétal » au Palais de Tokyo. Vendredi 13 juin à 18h
Jeudi 4 septembre à 17h

Tarif : 45 euros / durée : 2h
Groupe de 12 personnes.

Palais de Tokyo :
13 avenue du Président Wilson 75016 Paris

Par : Katia Fache >>>
 

mercredi 27 juin 2012

Pose de géotextile

La pose de géotextile sur un balcon.
Publié le mercredi 27 juin 2012 à 14H00 - Vu 1 fois
Cette technique permet de récolter de nombreux légumes frais en petite quantité et pratiquement toute l’année. Ce carré peut se poser sur un balcon, une terrasse ou sur une pelouse. Nul besoin d'un grand terrain, 10 m² équivaut à 50 m² traditionnels. Une terrasse de moins 5 m² suffit pour faire pousser des salades, radis, tomates, navets, haricots, pois ou concombres dignes d'un potager, sans oublier les fleurs qui jouent un rôle à la fois décoratif et écologique.
Comment l'installer
Commencez par isoler le fond du carré avec une bâche en plastique pour éviter les infiltrations. Dépliez un géotextile 100 g par-dessus en prenant soin de remonter les bords sur les côtés. Percez quelques trous à 5 cm du fond pour drainer l'eau de pluie en cas de fortes précipitations. Si vous aimez l'osier, vous pouvez construire vos carrés en osier « autoclave », l'effet est très esthétique. Remplissez votre carré avec un terreau horticole ou universel (évitez les premiers prix)
Organisation pour un carré (120 cm x 120 cm)
Partagez la surface en 16 parcelles de 30 cm de côté. Ensemencez chaque petit carré avec une variété ou espèce différente. La réussite est tributaire du bon voisinage. Ils vivent en symbiose. En principe les haricots sont de bonnes compagnies pour les autres plantes car ils les alimentent en azote.
1)Carotte ½ longue Touchon (1 g) + poireaux (1 g)
2)Chicorée scarole grosse bouclée (0,50 g)
3)Cerfeuil (1 g) + Oignon blanc hâtif de Vaugirard (1 g)
4)Radis de Chine (1 g)
5)Haricot vert mange tout « Argus » (3 x 5 graines) + radis 18 jours
6) Chicorée frisée d'été à cœur jaune repiquée (3 pieds)
7)Fleurs champêtres (1 g)
8)Chicorée frisée à cœur jaune repiquée (3 pieds)
9)Batavias repiquée (3 pieds)
10) Laitue coupée en mélange (1 g)
11) Betterave rouge « noire d'Egypte » (20 graines)
12) Roquette (1 g)
13) Navet rouge plat Hâtif à feuille entière (1 g)
14) Haricot vert nain Mangetout (3 poquets de 5 graines) + radis 18 jours Batavia (3 pieds)
15) Laitue pommée (0,50 g)
16) Concombre (1 pied)
Et après…
Les radis 18 jours récoltés laissent la place pour repiquer des laitues batavias, comptez 3 plants sur 30 cm. Cueillez les premières petites salades pour les desserrez sur place. Elles vont grossir au fur et à mesure. Après la récolte de haricots verts, repiquez à la place les chicorées scaroles. La roquette récoltée, tentez un dernier semis de haricots verts, si l'automne est doux vous récolterez début octobre, une époque où les haricots commencent à se faire rare sur le marché. Il reste encore du temps pour semer une petite série de radis 18 jours, à cette époque de l'année avec un peu d'humidité, ils sont très tendres et moins piquants.
En septembre-octobre vous mettrez à la place des épices résistantes au froid (ail d'hiver, échalotes grises).
Epinard et mâche apporteront du vert à une époque où les légumes frais sont très chers.

Source:  http://www.aisnenouvelle.fr/article/jardinage/jardin-un-carre-de-jardin-sur-le-balcon


jeudi 8 mars 2012

Géotextile:

Gaine Géotextile

La construction de la ligne à grande vitesse (LGV) Tours-Bordeaux entraîne de nombreux travaux dont les déplacements de lignes à haute tension (20 000 volts) et basse tension (230 volts).
Actuellement des travaux sont en cours à Villognon et l'entreprise Sdel, prestataire d'électricité réseau distribution France (ERDF), procède à l'enfouissement d'une ligne à haute tension avec une trancheuse qui déroule le câble enveloppé d'un feutre. Cette technique consiste à protéger le câble dans une gaine géotextile non tissé ce qui évite l'utilisation de sable dans la tranchée.
Dernièrement, les élus des communes de Villognon, Mansle, Saint-Groux, Juillé, Lonnes, Fontenille, Fontclaireau, Luxé, Cellette et Puyréaux ont été conviés à une démonstration sur le géopositionnement des ouvrages.
ERDF a mis en place une équipe spécialement dédiée à ce projet qui est en charge du suivi des déplacements d'ouvrages et des travaux d'extension nécessaires: 63 kilomètres de réseau haute tension sont à construire (dont 98% souterrains) et 5 kilomètres de réseau basse tension (dont 70% souterrains) 42 kilomètres de réseaux aériens haute et basse seront déposés.

L'enfouissement des réseaux électriques est en cours. Photo CL
Source:  http://www.charentelibre.fr/2012/03/07/gros-travaux-pour-la-ligne-a-grande-vitesse,1083225.php